Publié dans ARTICLES

LA LOI SALIQUE

À l’époque franque, les Francs Saliens, comme beaucoup d’autres peuples barbares, ont un code de procédure judiciaire et un code pénal, nommée la loi salique.


Cette loi excluait les femmes de la succession tant qu’il restait des héritiers mâles et cette pratique fut étendue à la succession de la couronne de France.

Chaque fois, des assemblées de nobles, d’ecclésiastiques, de bourgeois et d’universitaires soutiennent le roi adulte contre de jeunes filles, puis le Français contre l’étranger, ce qui est l’origine officielle de la guerre de Cent Ans.

Lorsque s’éteint la dynastie des Valois en 1589, Philippe II d’Espagne essaie d’imposer la fille qu’il a eue d’Élisabeth de France, fille de Henri II, contre le roi Henri IV. Mais l’arrêt du parlement de Paris de 1593 déclare nuls les traités conclus par cette princesse étrangère.

« comme faits au préjudice de la loi salique et autres lois fondamentales du royaume ». C’est fonder en droit l’exclusion des princes étrangers, c’est aussi la première fois qu’est mentionnée la loi salique à propos de la succession au trône.

sources : Clovis et les Mérovingiens de Georges Bordonove



Publié dans Symbolismes

ATTRIBUTS ROYAUX 2

Le trône royal

le trône et le piédestal, ont fonction universelle de support de la gloire ou de la manifestation de la grandeur humaine et divine. Il symbolise l’équilibre final du cosmos, la réduction de l’univers et se trouve orné de toute une décoration qui évoque les éléments du cosmos. Il repose parfois sur des figures ou sur quatre colonnes, rappelant les quatre points cardinaux. S’y asseoir sans droit, c’est s’attribuer la toute-puissance : le crime de lèse-majesté, voire de lèse-divinité. Le trône symbolise le droit divin des souverains et aussi la personne qui exerce le pouvoir : une décision du trône ; il atteste la présence continue de l’autorité et son origine divine.

source : dictionnaire des symboles édition SEGHERS

Publié dans Symbolismes

LES ATTRIBUTS ROYAUX

Le sceptre

Le sceptre prolonge le bras, il est un signe de puissance et d’autorité. Briser son sceptre signifie renoncer à son pouvoir. Il symbolise surtout l’autorité suprême.

Modèle réduit d’un bâton de commandement.

Le globe

le globe royal

Le globe porté dans la main des rois représente le domaine ou le territoire sur lequel s’étend l’autorité du souverain et le caractère totalitaire de cette autorité.

Sa forme sphérique peut revêtir une double signification : la totalité géographique de l’univers et la totalité juridique d’un pouvoir absolu. C’est l’interprétation du globe royal, lorsqu’il désigne le territoire limité sur lequel s’exerce le pouvoir d’un personnage : ce pouvoir est illimité.

source : dictionnaire des symboles éditions SEGHERS

Publié dans Symbolismes

LES ATTRIBUTS ROYAUX

La couronne

Le symbolisme de la couronne tient à trois facteurs principaux.

Sa place : au sommet de la tête lui confère une signification sur-éminente, partageant les valeurs de la tête et celles qui surmonte la tête elle-même, un don venu d’en haut. Elle marque l’accomplissement.

Sa forme : circulaire indique la perfection, participation à la nature céleste dont le cercle est le symbole, elle unit dans le couronné le haut et le bas en marquant les limites du céleste et du terrestre, l’humain du divin. La couronne est une promesse d’une vie éternelle.

Sa matière : même de la couronne, révèles les forces supra-terrestres qui ont été captées et utilisées pour réussir un exploit récompensé. On conçoit que la couronne symbolise une dignité, un pouvoir, une royauté, l’accès à un rang et à des forces supérieures.

Le mot couronne a une très proche origine du mot corne et exprime la même idée, d’élévation et de puissance.

source : dictionnaire des symboles éditions SEGHERS

Publié dans LES LAMES MAJEURS

SOUHAITS AFFECTIFS CACHES

Si le consultant était :

Le Bateleur : souhaite des échanges enthousiastes, originales.

La Papesse : aimerait être sécurisée, avoir des relations apaisantes.

L’Impératrice : voudrait plaire, séduire, dans une aisance confortable.

L’Empereur : Il veut s’imposer, construire un foyer sur des bases solides.

Le Pape : souhaite des relations calmes, sereines et fidèles.

L’Amoureux : se pose de nombreuses questions, il n’est pas sûr de ce qu’il veut.

Le Chariot : veut des relations émotionnellement fortes, passionnées.

La Justice : aimerait de l’équilibre et le la fidèlité.

L’Hermite : souhaite avoir la paix et le silence autour de lui.

La Roue de fortune : des relations spontanées, enjouées mais sans vraiment d’attaches.

La Force : des échanges magnétiques, passionnées avec des rapports de force.

Le Pendu : Ou s’investir ou renoncer avec des sacrifices.

L’Arcane sans nom : Veut se libérer pour s’investir.

La Tempérance : des échanges harmonieux, équilibré mais pas trop excessives.

Le Diable : relations passionnées, séductions et sensualités.

La Maison-dieu : Agressivité suite au passé, explosion et séparation.

L’Etoile : échanges marqués de douceur.

La Lune : souhaite une vie familiale sincères.

Le Soleil : idéalise la vie amoureuse, le grand amour.

Le jugement : souhaite un renouveau amoureux, des échanges spontanés.

Le Monde : une vie affective enrichie, échanges avec les autres.

Le Mat : cherche sa route mais sans contraintes ni risques.

sources : 7 nouvelles méthodes inédites pour tirer le tarot de Colette Sylvestre

Publié dans LES LAMES MAJEURS

LE CONSULTANT FACE A SES SENTIMENTS

Lorsqu’il se présente comme…

Le Bateleur : est très enjoué, manifeste ses sentiments et ses émotions.

La Papesse : Elle est discrète, maîtrise ses émotions.

L’Impératrice : est charmeuse avec un savoir-faire amoureux.

L’Empereur : c’est un homme réaliste, obstiné et domine ses émotions.

Le Pape : il est généreux, doux, indulgent, il a une affection sincère.
L’Amoureux : se présente sensible, il réfléchit longuement avant de s’ouvrir discrètement.

Le Chariot : Passionné, direct avec une franchise déconcertante.

La justice : Froide, Franche et logique sans se laisser à la fantaisie.

L’Hermite : Assez austère, ne manifeste pas ses émotions car introverti.

La Roue de fortune : elle est très active, disponible à l’échange verbal.

La Force : Elle est rassurante, diplomate dans ses échanges.

Le Pendu : il est passif, il garde tout en lui mais il est dévoué et serviable.

L’Arcane sans nom : Assez froid, préfère ne pas laisser paraître ses émotions.

La Tempérance : est conciliante, elle s’ouvre avec douceur et indulgence.

Le Diable : est passionné avec une ardeur excessive.

La Maison-dieu : est orgueilleuse, elle manifeste ses émotions de manière audacieuse.

L’Etoile : est affectueuse, douce, franche et généreuse.

La Lune : est sensible avec beaucoup d’émotivité, de tendresse et d’amour.

Le Soleil : est chaleureux, génreux et cordial.

Le Jugement : se présente très enthousiaste, franc et enjoué.

Le Monde : il est éloquent, snob et prétentieux.

Le Mat : est original, insouciant et indépendant.

Publié dans HISTOIRE, LES LAMES MINEURES

LA FEMME MEDIEVALE BOURGEOISE

La femme médiévale bourgeoise veillait à tout, elle se souciait de la propreté de sa maison. Dans les grandes familles riches, une véritable petite cour s’organise autour d’elle. Les ménestrels divertissent les convives qui dévorent les volailles dans leurs mains grasses car ils ne connaissent pas la fourchette.

Le reste du temps, la femme médiévale se fait habiller, se laisse laver par ses servantes, se fait parfumer. Elle sort en ville, accompagnée de valets et de gardes. Par sa fonction sociale, la femme médiévale est poussée à se comporter avec des codes et des obligations morales. La femme de cette époque avait beaucoup d’enfants, en moyenne 12 en tout.

L’effroyable mortalité supposée des enfants en bas-âge n’empêchait pas à la femme médiévale de concevoir de grandes familles.