QUATRE TYPES DE PERSONNALITES

Dans l’Antiquité, on tenait l’Eau, la Terre, le Feu et l’Air pour les constituants essentiels du monde et de l’homme. Indispensables à la vie, ces éléments étaient aussi considérés comme indissociables : sans Air, le Feu s’éteindrait ; sans Eau, la Terre resterait stérile.

Le Feu était associé à la chaleur, la Terre à la sécheresse, l’Air au froid et l’Eau à l’humidité. C’est caractéristique permettaient ainsi de rendre compte de quatre types de personnalités ou comportements :

  • l’Air évoquait un individu maître de lui ou l’intelligence
  • la Terre : une personne douée de sens pratique
  • le Feu : une nature enthousiaste
  • l’Eau ; un être émotif

LE ROMAN COURTOIS DU MOYEN-AGE

La reine représente le second personnage principal du roman courtois du Moyen-âge, c’est-à-dire la reine, objet « convoité », incarnation du désir de servir un être qu’on adule, pour qui on peut même risquer sa vie. Elle est la représentation du lieu légendaire désigné sous le nom de « cour d’amour » qui se tenait selon le bon vouloir de ces dames. Il ne suffisait pas au chevalier ou au troubadour d’être amoureux, de passer les épreuves. Il fallait faire preuve de discrétion, de silence, de patience pour être entendu ou aimé de la reine.

Reine de Coupe du tarot d’Oswald Wirth

Son image s’impose comme celle que l’on peut approcher dans l’esprit, voire dans le cœur, mais avec qui l’on ne partagera pas obligatoirement le bonheur. Elle est l’image de la mère consolatrice, la mère protectrice que l’on aime, celle qui donne son amour à l’enfant en lui témoignant d’un regard humble tout l’amour qu’il peut attendre d’elle.

Source : Le tarot de Marseille de Guillaume Ugérin

Le professionnel et la reine de Bâton

La reine de Bâton est un personnage au mental très fort mais assez originale dans ses idées et son travail. Elle est courageuse, vive et très imaginative.

Quand ses affaires ne s’arrangent pas, elle se laisse facilement envahir par la paresse ou le désordre.

Ses aptitudes professionnelles…

  • Mère de famille d’accueil
  • Educatrice pour enfants
  • Puéricultrice
  • Infirmière
  • Enseignante
  • Nourrice
  • Juge pour enfants
  • ATSEM

L'amour et la reine de Bâton

La reine de Bâton déborde de vitalité, ce qui la rend souvent impatiente. Cependant, elle possède un pouvoir d’adaptation très appréciable.

Elle se comporte comme une mère de famille et donne des ordres intelligents qu’il convient de suivre. Elle ne se laisse pas si facilement convaincre et surtout séduire.

Elle fera tout pour parfaire son image de marque personnelle.

La reine de Bâton

Dans la vie quotidienne…

La reine de Bâton peut être ou devenir obstinée et en général, elle est une femme instruite, aux grandes qualités de coeur, qui peut devenir votre meilleure amie.

Elle aime rendre service, est économe et bonne ménagère. Dans un tirage, elle peut devenir exigeante, infidèle, jalouse, susceptible. Elle est candidate à la dépression. C’est une bonne personne si dans le tirage elle est accompagnée de cartes positives.

La chevelure des Reines

Dans les us et coutumes celtiques, il était de rigueur pour les tenants du pouvoir, qu’il soit royal, tribal ou familial, de se laisser pousser les cheveux. Dans l’Irlande celtique, c’était une marque distincte et nul ne pouvait porter atteinte à l’autorité quand celle-ci se manifestait par le port de cheveux longs.

Les cheveux longs, libres, évoquent l’expérience, la sagesse et surtout la pratique du pouvoir dès lors qu’il est sobrement et efficacement employé. Il renvoie à la notion d’expérience. Le maintien du pouvoir se trouve symbolisé dans la longueur de la chevelure. Il correspond à l’acte viril ou virilisant et à la révélation de la force dans l’âge adulte, période de la vie dans laquelle l’être est obligé de manifester son existence par des actes ou des comportements de puissance et de droit, de même que de pouvoir.

A la longueur de la chevelure correspond l’éclosion, la révélation de la personnalité. La chevelure est un moyen formel d’identification de la nature intérieure, de ses possibilités de souveraineté, de propriété et de domination éventuelle sur autrui. Ce très important symbole conduit aussi à la notion de protection de cette autorité suprême sur les petits. Et enfin, la chevelure est l’emblème de la vénération des petits envers les plus grands.

Source : Le tarot de Marseille de Guillaume Ugérin

L'amour et le Cavalier de Coupe

Le chevalier, personnage principal de l’amour courtois, doit plaire à sa dame en cherchant l’absolu. La dame lui donne des gages ou lui dicte des épreuves. Au terme de ces épreuves, il mérite son amitié ou son amour.

Cette forme d’amour se vit « contre la raison et même contre l’honneur, mais c’est la source de toute vertu et toute prouesse » On parle du « service d’amour », c’est-à-dire de la mise au point d’un code avec des règles charmantes, un langage perfectionné, une série d’artifices sociaux et moraux qui honore l’amour terrestre sous les traits et rites de l’amour divin.

Le Cavalier de Bâton et le professionnel

Le cavalier de Bâton apparaîtra comme un personnage qui saura s’imposer tant par son aspect physique que par ses aspirations intellectuelles, professionnelles.

Ces dispositions multiples peuvent lui permettre n’importe quel type d’activité, pourvu qu’elle se situe dans le monde, les rencontres ou les débats d’idées.

C’est un homme de bouleversement qui change souvent de travail mais qui s’en accommode très bien. Il ne tient pas en place, c’est un aventurier moderne.

Ses aptitudes professionnelles…

  • Représentant de commerce
  • V.R.P.
  • Journaliste
  • Homme politique
  • Reporter International
  • Comédien
  • Routier International
  • Historien (pour la mémoire)

L'amour et le Cavalier de Bâton

De jugement rapide mais partial quelque soit la situation, il préfère diriger sa vie seul, mais il n’est pas pour autant égoïste ou égocentrique.

C’est un personnage de changement, qui change souvent de résidence, il ne se satisferait pas d’une vie dont il ne verrait que l’antichambre (entrée d’appartement ou salle d’attente) et si c’était le cas, il abandonnerait vite les lieux et les personnes qui y habiteraient, ce qu’il a aimé, construit ou vécu, pour tenter une expérience ailleurs.

C’est un solitaire ou alors c’est une personne qu’il faudrait suivre dans le même chemin.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :