Publié dans HISTOIRE, LES LAMES MAJEURS

VOICI LE TAROT DES VISCONTI-SFORZA

Il en existe trois jeux qui auraient été réalisés en 1428, 1441, et 1450. Dont le nom complet est « Visconti-Sforza-Pierpont Morgan-Bergamo Tarocchi ».

Il y a trois versions originales de ce jeu princier, peint à la main et réalisé pour les familles « Visconti-Sforza-Pierpont Morgan-Bergamo Tarocchi » qui règnent sur Milan depuis la fin du XIIIe siècle.

Ce jeu de tarot divinatoire est approximativement daté  entre 1440 et 1470.

Publié dans HISTOIRE

LA PREMIERE PAPESSE DU TAROT

Dans le tarot des Visconti-Sforza la papesse représente Maria Visconti, qui avait commandé le jeu pour célébrer le mariage de Bianca Maria Visconti avec Francesco Sforza en 1441.

Bianca Maria Visconti membre d’une secte, qui croyait le retour du Christ en 1300 et que cet événement marquerait une nouvelle ère ou les femmes auraient le droit d’être pape.

En prévision de ce retour, Maria Visconti prêtresse fut choisie pour être la première papesse,

L’intronisation devait se faire en l’église de Santa Maria Maggiore, à Rome.

Mais Maria Visconti fut arrêtée et condamnée au bûcher pour hérésie en 1281.

Source : Les mystères du TAROT de Liz Dean

Publié dans HISTOIRE

BEMBO, PEINTRE DU TAROT

Bonifacio Bembo est un peintre italien et miniaturiste du début de la Renaissance et un enlumineur du Xve siècle (actif entre 1447 et 1477) à Brescia et àCrémone.

Né à Brescia il s’est formé à l’école de style gothique tardif et a été influencé par le style Renaissance. Après sa rencontre avec Gémiste Pléton, il a été influencé par idéaux néoplatoniciens  de ce dernier.

Ses tableaux comprennent les fresques de l’église de Saint-Augustin à Crémone et les portraits de Francesco Sforza et de son épouse Bianca Maria Visconti (tous deux datés de1462), visibles à la Pinacoteca di Brera de Milan. Il a aussi peint pour le cloître de La Colomba à Crémone.

Bembo est généralement considéré comme l’auteur d’un des fameux jeux de tarot des Visconti-Sforza, dont le symbolisme reflète l’intérêt de Bembo pour le néoplatonisme.Sa mort est datée de 1498, mais d’autres sources la situent avant 1482, Il est le frère de Benedetto Bembo et l’oncle deGiovanni Francesco Bembo, tous les deux peintres également.

Publié dans HISTOIRE

UN ROYAL ENGOUEMENT…

Un savant Jésuite, Le père Ménestrier, affirme que des cartes à jouer ont été fabriquées pour la première fois en France en 1392 pour divertir le roi Charles VI…

Un document de France : une attestation de paiement des cartes commandées en 1392 par Charles VI au peintre Jacquemin Gringonneur. Elle fut considérées comme des copies de cartes vénitiennes antérieures car elles existaient bien avant en Italie depuis près de 100 ans.

Le peuple, aussi, jouait aux cartes mais celles-ci étaient grossièrement marquées et coloriées à la main et certaines aux pochoirs.

Ce fut surtout, le plaisir du roi, elles étaient des objets de prix, dessinées et enluminées avec grand soin. Ce sont elles, qui ont traversées les siècles et survécues à l’épreuve du temps.

Charles VI (qui était fou), a été le premier souverain à jouer à ces jeux avec sa favorite Odette de Champdivers.

Sources Internet : Wikipédia

Publié dans HISTOIRE

LA ROUTE DE LA SOIE

Héritière de la route de Jade datant de 7 000 ans (voie de passage à des populations asiatiques).
La route de la soie, appelée ainsi car sa plus précieuse des marchandises était la soie qui était amenée par les marchands venant de l’Asie.
Ce réseau ancien était commercial en allant de Chine jusqu’à l’Europe.
De nombreux produits voyageaient sur ces routes (musc, pierres précieuses, porcelaines, étoffes de laine ou de lin, du jade, de l’ambre, de l’ivoire, de la laque, des épices, du verre, corail, métaux et armes, etc…
On suppose que les origines des cartes venaient de pistes ou transitaient de nombreuses marchandises, un échange commercial entre Est et Ouest pendant des siècles.
D’après les recherches scientifiques, les plus anciennes traces connues de cette route remonteraient à « 2000 avant notre ère », ce sont les Chinois qui ont ouvert le voyage par cette route.

Ensuite, progressivement elle est abandonnée à cause des guerres puis la chute de Constantinople.
Les occidentaux ont trouvés une nouvelle route maritime vers les Indes. source Internet, fr.wikipedia.org

Publié dans HISTOIRE

LE COURAGE DE LA PAPESSE JEANNE

Un jour, j’ai trouvé à la bibliothèque, un livre sur « Jeanne, la papesse »,
Je l’ai lu… Quel parcours, quel audace, quel courage, surtout en cette époque ou la femme n’était rien qu’un « ventre » et encore…
Des personnes disent que ce n’était qu’une légende.
He bien, moi j’y crois et j’espère que toutes les femmes qui liront cet article s’identifieront dans ce personnage extraordinaire qu’était Jeanne la Papesse…
Le dominicain Jean de Mailly répandit une histoire, celle d’une papesse…
Entre l’an 855 et 857, Jeanne était allemande, travestit en homme, elle aurait poursuivi des études canoniques, elle étudia en Angleterre et en Grèce ensuite elle se rendit à Rome, ou elle obtint le poste de lecteur des Saintes Ecritures avant d’entrée à la Curie, plus tard nommée cardinal puis élue pape sous le nom de Jean VIII – nom qui sera repris plus tard par un autre pape car seul un homme pouvait accéder au trône de Saint-Pierre.
Au cours d’une procession, elle aurait accouchée d’une petite fille devant la foule et le clergé sidérés…Elle fut lapidée par la foule pour avoir trompée l’église.
Il paraît qu’il existe une chaise « curule » et percée pour une vérification rituelle, si le pape a bien un sexe masculin, c’est le sacré collège qui est chargé de cette tâche, cela pourrait prouver qu’il y a eut peut-être une erreur de personne sur le trône et qu’ils ont inventé ce système pour bien être sur que le futur pape soit bien un homme et non un personnage au trait féminin comme Jeanne !!!

sources : « Histoire des papes (de saint Pierre à Jean-Paul II) Tallandier-Historia

Publié dans HISTOIRE

UN PEU D’HISTOIRE SUR L’ORIGINE DES CARTES A JOUER

LE DASAVATARA

Selon des informations que j’ai lue par rapport à l’origine des cartes. il y aurait eu une caste partant de l’Inde pour l’Europe et l’Orient, amenant avec eux les jeux de cartes (ganjifa) traditionnels indiens qui représentaient les dix incarnations (avatara) du dieu Vishnu. Ces cartes sont rondes et appelées le Dasavatara ganjifa. Cette caste se sépara en deux, l’une alla vers l’Egypte et l’autre vers l’Europe.

D’autres spécialistes pensent qu’elles auraient été inventées en l’an 1120 pour distraire les concubines de l’empereur de Chine, Houei-Tsong.
Les cartes monétaires ont une origine : la sapèque.
Qui est une monnaie qui avait cours en Chine et en Indochine. A une époque, leur valeur était très faible, donc, pour plus de commodité, les pièces, qui étaient percées, étaient enfilées sur des joncs.
Quelqu’un eut l’idée de reproduire sur papier l’image de ses sommes « enfilées », créant ainsi des séries, (sapèques, myriades, ciotta) de là naquirent le jeu K’an hu et quelques autres.

Sources Internet : la folie des CARTES A JOUER de Frédérique Crestin-Billet Edition FLAMMARION