LA REINE DE COUPE ET LE PROFESSIONNEL

Elle s’adapte bien à la société dont elle profite sans extravagance. C’est une femme qui refuse la banalité et qui s’empresse toujours d’y remédier. Lorsqu’elle se sent atteinte par la vulgarité, elle écarte de sa route ceux qui voudraient l’y conduire et abuser de son élégance ou de sa gentillesse.

Elle consent souvent à de grands sacrifices pour le bien-être d’autrui et le fait sans arrière-pensées. Sage et intelligente, sa vie se déroule pour elle, selon un scénario établi à l’avance ou depuis longtemps et la force des sentiments qui garantit sa carrière.

C’est une femme maîtresse d’elle-même. Si elle échoue, elle peut devenir quelconque, instable, désabusée, soumise, malhonnête, corruptrice ou corrompue. Son métabolisme peut se dérégler.

SES APTITUDES PROFESSIONNELLES

  • mère de famille
  • puéricultrice
  • dame de compagnie
  • nurse
  • animatrice
  • bénévole dans les organismes de secours

L'AMOUR ET LA REINE DE COUPE

C’est une parfaite éducatrice. Elle représente en ce sens, le plus souvent, la mère. C’est encore la maîtresse ou la fiancée. Elle fait tout pour sauvegarder sa tranquillité dans son foyer comme dans son entourage. C’est l’épouse qui réconforte, qui appuie les idées, les efforts, les projets de son mari.

Elle peut devenir une incorrigible rêveuse, quand elle est très amoureuse ou dominée par des sentiments passionnels. Ces sentiments maternels sont très développés et révèlent qu’elle sera parfaitement capable d’élever et de protéger ses enfants. Elle saura les intéresser à la vie, au monde et les rendra heureux.

LA REINE DE COUPE

DANS LA VIE QUOTIDIENNE…

La reine de Coupe représente une séduisante et élégante personne. C’est une femme dans la force de l’âge mais qui n’est pas forcément jeune. Elle est très mature.

D’une sagesse et d’une intuition assez performantes, elle conduit son existence selon des principes simples mais très efficaces.

LES VETEMENTS FEMININS AU MOYEN AGE

Le vêtement de la reine, toujours ample, nous apparaît beaucoup plus chaud et seyant que les vêtements plus étriqués des valets ou des cavaliers.

Les vêtements féminins étaient au Moyen-Age très longs et couvraient tout le corps. De la plus simple et légère roble jusqu’au manteau très apprécié à cette époque, la longueur (qui coïncidait avec la rigueur) était de mise.

La femme cachait sous la longueur d’un vêtement sa virginité ou la pudeur, La femme dite de « qualité » au Moyen-âge était tout particulièrement appréciée, estimée et respectée. Elle se rendait ainsi plus désirable et parallèlement moins accessible.

On utilisait la toile, le chanvre, la laine ou la soie pour confectionner les habits selon les catégories sociales.

LA COUR D'AMOUR

La « cour d’amour » qui prenait, la plupart du temps, l’allure d’un jeu, conviendrait assez bien à un symbole de justice amoureuse, de mérites reconnus ou contestés par la dame (la reine, l’héroïne de roman), qui engageait son « prince charmant » ou son amoureux en lui faisant subir toutes les épreuves d’amour, c’est-à-dire celles de l’attente, du silence, de l’engagement, mais aussi de la vertu et de la foi d’un amour déclaré.

ELEMENTS ET ARCANES MINEURS

En mettant en relation les éléments et les quatres séries d’arcanes mineurs, on ne pouvait qu’être frappé par les analogies existant entre l’Air et les Epées, la Terre et les Deniers, le Feu et les Bâtons, l’Eau et les Coupes, classifications qui n’est pas sans rappeler les quatre types de connaissances mentionnées par Carl Jung :

  • La connaissances intellectuelle (Air/Epées)
  • La sensorielle (Terre/Deniers)
  • L’intuitive (Feu/Bâtons)
  • L’affective (Eau/Coupes)

Epées/Air : je pense Bâtons/Feu : je veux

Deniers/Terre : je possède Coupes/Eau : je ressens

QUATRE TYPES DE PERSONNALITES

Dans l’Antiquité, on tenait l’Eau, la Terre, le Feu et l’Air pour les constituants essentiels du monde et de l’homme. Indispensables à la vie, ces éléments étaient aussi considérés comme indissociables : sans Air, le Feu s’éteindrait ; sans Eau, la Terre resterait stérile.

Le Feu était associé à la chaleur, la Terre à la sécheresse, l’Air au froid et l’Eau à l’humidité. C’est caractéristique permettaient ainsi de rendre compte de quatre types de personnalités ou comportements :

  • l’Air évoquait un individu maître de lui ou l’intelligence
  • la Terre : une personne douée de sens pratique
  • le Feu : une nature enthousiaste
  • l’Eau ; un être émotif

LE ROMAN COURTOIS DU MOYEN-AGE

La reine représente le second personnage principal du roman courtois du Moyen-âge, c’est-à-dire la reine, objet « convoité », incarnation du désir de servir un être qu’on adule, pour qui on peut même risquer sa vie. Elle est la représentation du lieu légendaire désigné sous le nom de « cour d’amour » qui se tenait selon le bon vouloir de ces dames. Il ne suffisait pas au chevalier ou au troubadour d’être amoureux, de passer les épreuves. Il fallait faire preuve de discrétion, de silence, de patience pour être entendu ou aimé de la reine.

Reine de Coupe du tarot d’Oswald Wirth

Son image s’impose comme celle que l’on peut approcher dans l’esprit, voire dans le cœur, mais avec qui l’on ne partagera pas obligatoirement le bonheur. Elle est l’image de la mère consolatrice, la mère protectrice que l’on aime, celle qui donne son amour à l’enfant en lui témoignant d’un regard humble tout l’amour qu’il peut attendre d’elle.

Source : Le tarot de Marseille de Guillaume Ugérin

Le professionnel et la reine de Bâton

La reine de Bâton est un personnage au mental très fort mais assez originale dans ses idées et son travail. Elle est courageuse, vive et très imaginative.

Quand ses affaires ne s’arrangent pas, elle se laisse facilement envahir par la paresse ou le désordre.

Ses aptitudes professionnelles…

  • Mère de famille d’accueil
  • Educatrice pour enfants
  • Puéricultrice
  • Infirmière
  • Enseignante
  • Nourrice
  • Juge pour enfants
  • ATSEM

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :