LE ROMAN COURTOIS DU MOYEN-AGE

La reine représente le second personnage principal du roman courtois du Moyen-âge, c’est-à-dire la reine, objet « convoité », incarnation du désir de servir un être qu’on adule, pour qui on peut même risquer sa vie. Elle est la représentation du lieu légendaire désigné sous le nom de « cour d’amour » qui se tenait selon le bon vouloir de ces dames. Il ne suffisait pas au chevalier ou au troubadour d’être amoureux, de passer les épreuves. Il fallait faire preuve de discrétion, de silence, de patience pour être entendu ou aimé de la reine.

Reine de Coupe du tarot d’Oswald Wirth

Son image s’impose comme celle que l’on peut approcher dans l’esprit, voire dans le cœur, mais avec qui l’on ne partagera pas obligatoirement le bonheur. Elle est l’image de la mère consolatrice, la mère protectrice que l’on aime, celle qui donne son amour à l’enfant en lui témoignant d’un regard humble tout l’amour qu’il peut attendre d’elle.

Source : Le tarot de Marseille de Guillaume Ugérin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :